Une pépite à découvrir dans un musée Grenoblois

Une pépite à découvrir dans un musée Grenoblois

Je suis allée récemment visiter l’exposition Diodore Rahoult (1819-1874), paroles de palette,  au musée de l’Ancien Evêché à Grenoble. Quel rapport avec la photographie en général et les livres photos en particulier me direz-vous ?

Il est vrai qu’ en tant que blogueuse de mon auto-entreprise j’ai l’illustre plaisir de choisir toute seule comme une grande les sujets qui m’inspirent… mais il y a un rapport néanmoins !

Tout d’abord j’ai eu droit à des circonstance particulièrement favorables pour découvrir ce peintre méconnu (ne me dites pas que vous en aviez entendu parler avant, sauf si vous êtes  de la région grenobloise…). En effet, une visite guidée privée, avec quelques autres heureux élus, organisée par une amie passionnée aide grandement à apprécier des tableaux un peu désuets selon nos goûts contemporains.  Et surtout  cette amie nous a admirablement replacé la peinture de Diodore – je me permets de l’appeler par son prénom, il n’a pas de descendants qui pourraient en prendre ombrage – dans le contexte de l’époque. Nous avons donc découvert l’oeuvre d’un grand humaniste qui au-delà de portraits de commande “alimentaires” aspirait à peindre et à dépeindre la nature et la société dans laquelle il vivait. Il était particulièrement inspiré par les indigents, sujet pourtant peu abordé à l’époque.

La porte Close, vers 1865. crédit photo Musée de Grenoble
La porte Close, vers 1865. crédit photo Musée de Grenoble

Ainsi la tête d’affiche de l’exposition est un bijou de tableau montrant deux fillettes en haillon devant la porte close d’une entrée de maison qu’on devine bourgeoise  (porte en bois clair travaillé et belle pierre de taille). Si vous prenez la peine de les fixer, les yeux de la petite mendiante vous hanteront longtemps, car ils vous suivent du regard, quel que soit l’endroit où vous vous placez dans la pièce.  Et quels admirables usage et harmonie dans les couleurs… Sa couleur de prédilection était le bleu, ici utilisé pour la jupe de la fillette. Notre guide l’avait surnommé avec humour “le bleu Rahoult” parce qu’il est indéfinissable, entre le bleu acier ou cobalt… Tout au long de la visite, nous nous sommes amusés à le pister dans ses oeuvres.

Le rapport avec la photographie c’est que j’ai eu l’intime conviction que ce peintre, s’il était né un siècle plus tard, aurait été un grand photographe dans le style de Cartier-Bresson. Comme les photos de ce dernier, ses tableaux sont des compositions travaillées, saisissant sur le vif un instant de vie de ses contemporains comme pour mieux comprendre et faire comprendre le monde dans lequel il vivait…

Coordonnées du musée :

Musée de l’Ancien Évêché
2, rue Très-Cloîtres
38000 Grenoble
Tel 33 (0)4 76 03 15 25

Annie, pour Mes-photos-se-livrent, société d’édition de livres photos

Laisser un commentaire

Fermer le menu