Comment réussir ses photos à tous les coups…

Comment réussir ses photos à tous les coups…

Dans mon ex-milieu professionnel, Instagram aurait suscité l’intérêt en raison du montant faramineux auquel il a été acquis par Facebook. Les fans de réseaux sociaux apprécient sa manière pratique et instantanée de partager leurs photos. Moi, ce qui m’a intriguée, c’est que j’ai lu quelques part (dans Telerama pour ne pas le citer) qu’ “on ne pouvait plus louper de photo avec Instagram”.

Est-ce vraiment impossible de rater une photo grâce à Instagram ?

J’ai voulu vérifier par moi-même (jusqu’à présent, je n’étais pas très “réseaux sociaux”). Instagram est-il la solution pour des millions de photographes toujours en quête, comme moi,  de “la” photo réussie, mais malheureusement confrontés, comme moi, aux durs aléas des conditions photographiques… (eh oui les enfants ça bouge tout le temps et ça n’est pas forcément coopératif, eh oui il y a souvent de la grisaille dans le ciel, du moins chez vous :-), eh oui les photos en intérieur au flash c’est pas flatteur pour le teint ?)

L’addiction aux belles images 

Première constatation inattendue : il y a profusion d’images de qualité sur ce réseau. A peine chargé, Instagram suggère, avec un algorithme mystérieux dont ce genre d’application a le secret, des “abonnements”, c’est-à-dire des personnes dont les publications de photos sont susceptibles d’intéresser. Je parcours les productions de 2 ou 3 noms suggérés et découvre de belles photos très sophistiquées dans leur composition (allez voir les photos de Nathparis par exemple et vous verrez ce que je veux dire). Est-ce vraiment iphonographé tout cela ?  Ainsi il n’y a pas que des photos de nourriture et de doigts de pieds en éventail sur Instagram ? Après une  recherche plus approfondie, j’ai vite réalisé que des photographes ou magazines célèbres ou en devenir abondent sur le réseau et qu’il suffit d’un click pour s’abonner à leurs réalisations. La difficulté est plus de les localiser et de choisir selon ses goûts dans la profusion ambiante. Lesdits abonnements se révèlent d’ailleurs rapidement addictifs: recevoir sur son téléphone de belles photos, sans se donner aucune peine pour les obtenir, c’est quand même génial, non ?  

Les filtres magiques

… Mais revenons à nos moutons: et les filtres dans tout cela ? L’objectif numéro 1 (*) des fondateurs d’Instagram était de remédier au fait que les photos prises par nos téléphones mobiles ont un rendu médiocre. Ils ont donc inventé des filtres pour leur donner un rendu professionnel.

  •  Il y a actuellement 19 filtres aux noms assez pittoresques (Amaro, Nashville, Kelvin, Rise…)
  •  la possibilité de corriger l’exposition et le contraste de la photo avec la  fonction Lux (le soleil)
  •  la possibilité de flouter une photo, et par conséquent, de diminuer la profondeur de champ à l’arrière d’un sujet avec la fonction tilt-shift…(la larme)
  •  …et bien d’autres choses encore (redresser l’image, l’encadrer…)

Test sur une photo pas glamour du tout

Je me suis donc amusée à tester cela sur le sujet le moins glamour que j’ai pu trouver dans mon abondante photothèque: un centre de tri et de valorisation des déchets (fruit de l’accompagnement parental d’une visite scolaire lors de l’année écoulée…). La photo montre un hangar de 300 m2 rempli de déchets et a été prise dans des conditions particulièrement pas photogéniques (avec pour seules sources lumineuses mon pauvre flash  et les néons au plafond).

Ça marche ! Incontestablement, l’effet lux combiné aux filtres peut récupérer le coup en terme de sous-exposition. La tractopelle qui ne se voyait pas sur la photo d’origine réapparait avec l’effet Rise, et les tas de déchets sont beaucoup plus photogéniques floutés et passés au filtre Amaro. C’est vrai que les filtres confèrent un côté rétro, voire poétique aux photos, qui en modifient notre perception. Même sur des sujets non photogéniques, la magie opère… Ainsi on peut se lâcher sur tous les sujets, même ceux où il faut en général bac +6 en photo : des objets, ses chaussures, son animal domestique, ce qu’on mange le midi… et des millions d’instagrammers ne se privent pas de le faire.

Conclusion

Pour en revenir à la question de départ « est-ce impossible de rater une photo sur Instagram ?». Après ma découverte, sans idées préconçues, d’ Instagram et de ses filtres magiques, j’ai parcouru l’abondante “littérature” qu’il y a sur le web à ce sujet. Je vous la résumerais ainsi :

    •       Grand plébiscite du public vu l’impressionnant succès d’Instagram : en février 2014, 55 millions de photos chargées quotidiennement par 150 millions d’utilisateurs actifs chaque mois et 16 milliards de photos partagées. Les gens n’iraient pas mettre sur le réseau des photos qu’ils considèrent ratées, non ?

 

  •       Levée de boucliers des photographes professionnels qui n’apprécient guère que des filtres et quelques effets puissent « rattraper » une photo et donner l’impression aux gens qu’ils savent faire des belles photos… L’apprentissage de l’art photographique  se doit d’être long et difficile … 

Annie, pour Mes-photos-se-livrent, société d’édition de livres photo

(*) pour votre gouverne, les deux autres objectifs des fondateurs étaient: de remédier au fait que de partager une photo sur des plates-formes multiples était un processus pénible et enfin diminuer le temps de téléchargement des photos.

Laisser un commentaire

Fermer le menu